Le Jeu de rôles de fantasy orientale/clockpunk

Chroniques de l’Age de la Pénombre (saison 1)

Commencement de la chronologie: année 235 de la dynastie Kalderade

235: Retour des troupes impériales du Taggoth, soumis à Aladdin ber Thiba

236: Déploiement de la Horde Noire par delà les Murailles de Perles. Invasion de la Baktrée et du Shadiraï. Urzil de Baktrée conquiert le Tahuguthan. Le monsa Bilal conquiert le sud du Mazighan et parvient à négocier la prise du reste du pays contre un mariage avec Hamma’ani Ibnatu Bareka.

été 237: Bataille d’Azkara entre la Bazilée et Akazame. Les Gardes-Rokks et les balistes baziléennes atteignent les points faibles du cuirassé Akazamite, et le coulent. Victoire de Bazilée et blocus maritime d’Akazame. Voladim déploie les navires baziléens et pélaborien dans le golfe et s’installe à Qeramish.

automne 237: Les cent tribus alamites reprennent le delta du Gihadjam et libèrent Atka’ab. L’orbe maléfique est pétrifiée par le sacrifice de quelques simurghs. Les rokks reviennent s’installer dans la cité des ber Thiba. L’alliance de Khal Gamish est renouvellée. Urzil est trahi par Louggalzagis qui prend le commandement du Taggoth avec la couronne du Serpentaire de Narûn-Sîn.

hiver 237: Les Hordes Noires remontent des lignes de prisonniers vers Surshedja. La Horde d’Or est enfin prête. Le convoi alourdi des moghûls est attaqué par une alliance de kajjars et baktréens dans les Monts Rocheux. Les prisonniers et prisonnières sont libérés.
Les kajjars offrent de rejoindre l’empire aux alliés Mahani et Baziléens, et assurent désormais la sécurité de la Baktrée. Perçus comme des libérateurs par les baktréens qui n’ont plus confiance en leurs propres chefs, un vent nouveau souffle sur les frontières de l’Océan Diluvien. Lorsque germent les nouvelles fleurs sur le flanc des Monts Rocheux, les peuples de Baktrée savent que la partie va changer: les Hordes Noires ont perdu toute possibilité de repli.

printemps 238: Yakal Khagan a eu assez de temps pour découvrir les beautés du Shadiraï et décide de punir ses lieutenants. Une succession de procès fait tomber un à un les plus malveillants et les plus féroces des moghûls. Il ne donne pas de réponse à Voladim sur le Traité des Droits Universels, mais rétabli le statut de rayat, intermédiaire entre esclave et seigneur. Ce n’est plus vraiment une société kshayatrim…
En terre taggothi, Louggalzagis s’empare de ce qu’il peut, principalement des forteresses de Juhubba, de l’ouest sanghkorite et installe un seigneur mort-vivant à Borno la Rouge. Puis il remonte le fleuve Gihadjam et s’empare de ses cités haqsoumites, afin de les relier à Bardahût. Il établi sa capitale militaire à Erak-Noun, au centre de son empire.

été 238: les tentatives de Louggalzagis de s’emparer de l’Hedjaz sont un échec cuisant, de par l’intervention des Sentinelles de Zenzoumar. Louggalzagis feint d’être gravement malade et certains généraux tentent de l’assassiner pour obtenir le prix du sang: c’est un piège. Ils s’entretuent et Louggalzagis éxécute les survivants. Il dispose désormais d’un contrôle total, mais on murmure que la Vestale du Destin qui le suit n’a plus confiance dans ses facultés…
Voladim libère les cités du pourtour sud du golfe d’Azkara. Avec l’aide de quelques seigneurs de clan mazighani, il rétabli Sayuddin à la tête de Dar-al-Qarayn. Le ksar d’Hamilcar est détruit, et remplacé par un temple à ciel ouvert pour accueillir les oiseaux, et enseigner leur langue.
Yakal Khagan envoie les reliques des cités impériales du Shadiraï à Voladim, et lui assure la paix en échange d’un pacte de non-agression.
Voladim est poussé par ses partisans à continuer la guerre, et redéploye une partie de ses forces afin d’assurer le retour au Kagharsaï de ceux qui ne souhaitent plus servir le conquérant d’Izkandaraï. Se faisant, il donne un rôle plus important aux Sarmanes de l’est, qui désormais veillent aux frontières jusqu’à Qeramish. En les introduisant à l’avant-poste, il change l’équilibre des forces entre ses lieutenants.

22 août 238: Conclave de Balanque. La cité promeut la confrérie des Gardiens de l’Harmonie pour assurer la ratification du Traité des Droits Universels. Balanque invite les pélaboriens à se réunir à l’automne pour écrire une constitution pélaborienne. Les négociations tournent au drame avec des infiltrés d’Akazame. Une bombe éclate. La constitution sera rédigée à Eleutherpe, sous l’oeil impassible du colosse.

Septembre 238: Dans le plus grand secret, la Société des Masques remplace Azimès par un espion de Balanque. D’importantes commandes d’acier lunaires sont exécutées. On charge les navires. A la fin du mois les navires sont détournés par les alliés baziléens et pélaboriens. Les armes sont déployées à Dar-al-Qarayn, Atka’ab et Balad-al-Jamah. Les plans du cuirassé sont envoyés au Régus et à Encarthe.

Automne 238: Eleutherpe est l’objet de nombreux débats, de plus en plus accaparés par les réseaux de la Société des Masques. Le projet de constitution s’appuie sur une déclaration des droits qui n’a pas été rédigée démocratiquement, contrairement aux promesses du Régus. Un leader d’opinion se retrouve isolé et désormais le cercle est fermé: ni la religion, ni la noblesse ni la république n’offrent plus d’autre solution que cette constitution. Ce leader, Felzerus, devient le chef d’un mouvement ouvrier anti-constitutionnel. Il souhaite le rétablissement de la souveraineté des cités.
Le Shadiraï reçoit une ambassade baziléenne. Celle-ci est surprise par Yakal: il est à l’opposé de sa triste réputation. Un philosophe, amoureux des arts, respectueux des traditions shadirites. Il organise des jeux dans les arènes d’Izkandaraï et rétabli pour l’occasion la guérison pranique des combattants.


Dans une tentative ultime, Louggalzaggis affronte les troupes d’Edjaz à Niydîne. Ses troupes sont vaincues par la coalition de Zenzoumar et de l’Haqsoum. Alors qu’il déploie les pouvoirs de Shayatz, les Séraphins l’affrontent et mettent fin à son règne. La couronne sombre dans une fosse-autel et les zéphyrs parviennent à la geler et à l’éteindre. Les djinns camouflent le lieu pour qu’il échappe aux mortels.
Hamma’ani ibnatu Bareka qui a été instituée reine de Meraj libère la fille du roi des tuariks et annule la domination des ifrits qui sont expédiés dans le Néant. Les tuariks décident alors sous l’impulsion de leur roi Aminukal de porter le bleu en signe de leur nouvelle liberté. Le désert refleuri.

Hiver 238: le Monsa Bilal libère les cités de sa frontière orientale et restitue les lignées des tribus, en écartant des anciens qui se sont compromis lors de la guerre de fibre. Il offre Borno la Rouge à l’Haqsoum, et construit Borno la Grise à proximité, sur une colline qui y fait face. C’est la réconciliation des seigneurs. Un nouvel équilibre s’institue.
Le Taggoth devient l’Agope, sous la gouvernance conjointe des royaumes alamites, haqsoumites, juhubbites et edjazi. Makoth est devenue la cité des Trônes Gardiens.

Printemps 239: Un pacte de non-agression est sur le point d’être signé entre Yakal Khagan et Voladim el-Moldari. A ce titre, des troupes baziléennes s’emparent du nord du Shadiraï. La provocation est un flop: les shadirites ne veulent pas de nouveaux occupants. Puisque le traité des Droits Universels ne les a pas consulté, ils rejettent partiellement le soutien du Régus.
Kaddar III Arasil fait son apparition à Balad-al-Jamah et réclame le trône impérial. Il assure la restitution des garantis du droit kaldérade à ses partisans. Pourtant, la situation a évolué. Les seigneurs ne souhaitent plus autant qu’avant voir la mécanique des confréries assurer un équilibre qui a fait la faiblesse de l’empire devant les invasions. Les shadirites sont divisés entre partisans de Kaddar III et Yakal Khagan. Voladim promet à Kaddar III de le placer sur le trône de son père.
Kaddar III promet de recevoir la Horde d’Or et le Kagharsaï dans l’empire.
Les tensions reprennent entre la Bazilée et le Shadiraï…

%d blogueurs aiment cette page :