Le Jeu de rôles de fantasy orientale/clockpunk

Djissoens [C.]

“Nous appellerons toute vie et toute vie viendra, car nous sommes les éclats du grand tout primordial, et tous les mondes nous ont été dédiés.” Sagesse Djissoenne.

Cheikh: Malkhut (Voie de l’Accord Parfait)

Parti des Thanatonautes

Si il est bien un individu avec lequel il vaut mieux éviter d’avoir des problèmes dans la cité, c’est lui. A le voir, on croirait une statue d’albâtre, immobile, le regard dangereusement fixe et vide, la peau tendue à l’extrême et tirant par endroit sur le vert olive.
Son corps est recouvert de tatouages et il se pare le plus souvent d’un simple vêtement de soie largement entrouvert, comme si la caresse du vent d’hiver, même en l’absence de foyer, ne l’atteignait en aucune façon. Une voix sans timbre, hachée et évanescente accueille l’étranger. La peur et le pouvoir que lui confère ses savoirs occultes sont ses armes.
Sa notoriété est telle que nul ne prononce son nom sans frémir.

Intrigue: Les Trois Visages d’Ishtar

La Puissance tutélaire de la confrérie Djissoenne est au centre de l’examen de Malkhut depuis qu’il a passé le 4e degré. De fait, il espère pouvoir la délivrer de sa multiple personnalité. Il pense que celle-ci a pour origine son indécision à rejoindre le camp des Askyas contre son père Eldobos. Ce qui affecte les Arcanes d’une corruptibilité.
Pour lui, sauver Ishtar serait rendre les arcanistes insensibles à la Corruption définitivement. Cherchant à connaitre la véritable nature d’Ishtar, Malkhut a puisé dans ses talents pour que les Djinns lui délivrent sa Litanie.
Détenteur d’un fragment de celle-ci, il a perdu le goût de la vie, en même temps qu’une partie de son âme, perdue dans le Monde des Rêves. Cependant, il a gagné le service des Péris et l’attention d’Ahriman, rejeton d’Ishtar.

Mobed: Bijnah

Peureux et effacé il a appris à craindre son maître. La Corruption la plus vile a fini par trouver le chemin de son coeur, lui qui fut un enfant d’une telle douceur, baigné dans la lumière la plus pure d’une mère aimante et tendre. Il est l’âme damnée du Cheikh mais aussi celui qui le hait le plus sur cette terre. Un jour viendra…Mais aura-t-il le courage? Pas une nuit ne passe sans que son esprit torturé soit déchiré par des cauchemars indicibles. Il aura joué avec le mauvais sortilège probablement.

Initiés du 6e degré: Arlumel (Code des Voleurs)

Un instinctif. Depuis son initiation le Pélaborien aura toujours réagi par instinct. Instinct de survie, instinct de domination, instinct de conservation, instinct de chasse…Instinct de chasse? Oui, hélas. Arlumel aime les enfants, il les aiment même un peu trop. Cet éternel adolescent, incapable de mûrir, les chasse donc, de façon à profiter de leur jeunesse, de leur douceur, de leur chaleur. Il les attire avec de menus cadeaux, avec des cajoles, des compliments et des mensonges. Et ses déprédations s‘accélèrent, faisant jour aux plus folles rumeurs, car le nombre de ses victimes commence à devenir impressionnant. A tel point que l’attention des Sparakéens s’est portée sur le phénomène et que le jour où il sera découvert n’est plus très loin. Mais qui est fautif? Lui ou les voix? La seule chose qui pourrait le sauver c’est qu’il a aussi attiré l’attention des Panajaïens et ils n’ont pas vraiment le même sens de la morale que les fiers Sparakéens…

Initiés du 5e degré: Yorikh

%d blogueurs aiment cette page :