Le Jeu de rôles de fantasy orientale/clockpunk

La Grâce et la Prière

Mareg Neb a dit:

∞ Prières et rituels orientent l’Eydolûn vers Al-Muntir. Que l’oraison prépare l’orant à « ouvrir » Eloah. Que l’orant guette Son agrément, car Il agrée qui voit par son œil. ∞

Si le personnage du joueur effectue une prière (inutile de vous fendre d’un RP scénique, contentez vous éventuellement de fermer les yeux) et qu’il est pris d’un déclic qui permet d’avancer d’une manière ou d’une autre pour son personnage (à lui de le décrire et de convaincre le Conteur bienveillant), il gagne 1 point de Grâce pour la partie. De plus, si cela a lieu, il peut tenter un test d’Intégrité. S’il le réussi, il perd 1 point de Corruption. Si le résultat est un 1, il perd 2 points de Corruption.

REGLES OPTIONNELLES A LA DISCRETION DU CONTEUR

  • Si les personnages des joueurs réalisent chacun une prière au cours de la partie, offrez leur un avantage notable au cours de la conclusion du scénario. Par exemple, un péril imminent est évité, ou une bataille tourne étrangement en leur faveur, ou leurs actes attirent la sympathie des autorités impériales, ou un allié de circonstances surgit du marasme.
  • Si un joueur a recours à deux prières de personnage au cours de la partie, la Puissance a un empêchement. Elle n’est pas disponible pour aider d’avantage durant celle-ci. L’Orant perd sa prière, et ses efforts doivent reprendre ailleurs.
    Mareg Neb a dit:
    ∞ Un homme fit scrupuleusement sa prière à Shamash ; Shamash ne l’entendit pas. Puis l’homme vit sa ceinture relâchée. Il la resserra et il fut alors entendu. C’est la volonté agissante qui exauce les prières. Rectifie ta conduite, tu trouveras le Royaume. Abstiens-toi d’engagement et tu demeureras au Schéol. ∞

%d blogueurs aiment cette page :