Le hammam

Lieu de sociabilité par excellence, il réunit les Gandari selon leur sexe, niant toute promiscuité pouvant nuire à la tranquillité nécessaire à une parfaite détente. Côté féminin, certaines s’adonnent à la divination tout en proposant un service supplémentaire recensant des maris potentiels, pour celles qui ne sauraient laisser un tel choix entre les mains de leurs ascendantes. Des envoûteuses y furètent aussi, permettant à celle qui le désire, contre quelques deniers, de s’attirer les regards amoureux des mâles qu’elle convoite. Les prêtresses marbouthéennes y officient ainsi en toute discrétion. Dans le clair-obscur de ces lieux de sueur et de peau ambrée, les codes sexuels sont d’ailleurs parfois transcendés et certaines cultures de la marge s’y sont développées, quelques regards pouvant en dire long sur les véritables orientations des protagonistes…