Le Jeu de rôles de fantasy orientale/clockpunk

Les Mystères de Jarkal

Lorsqu’Ishtar connu Shamash, leurs amours éblouirent Dimitra qui se féconda d’émotion devant tant de beauté.

Naquirent Nausica, Jarkal et Daki. De peur qu’Eldobos ne les lui dérobe ou ne les maltraite, elle sépara ses enfants en deux groupes. Jarkal et Daki, frère et sœur, furent cachés dans les montagnes du nord. Nausica fut caché sous l’Océan Insondable.

Les enfants grandirent.

Jerkal et Daki trottaient dans le Kagharsaï de long en large, sous les montagnes de glace qui bordent le monde. En voyant un soir l’Océan Insondable, Jarkal voulu l’explorer, mais Daki avait peur de se retrouver sans son frère :

« N ‘y vas pas, tu ne reviendrait pas, jamais » Jarkal lui répondit : « mes pensées seront avec toi où que j’aille ».

Jarkal bondit dans l’eau et eu du mal à respiré. Ses pouvoirs de Puissance lui permirent de s’adapter, et il développa des branchies et de la graisse comme un poisson-morse.

Mais quand il tenta de remonter à la surface, un Ghûl des fonds marins l’attrapa, et le teint par ses tentacules.

Jarkal lutta et lutta encore, sans pouvoir défaire son emprise. Il faiblissait et se fatiguait.

Nausica passa par là et vit Jerkal en difficulté. Elle le trouva brave et beau.

Nausica souffla dans sa conque et le Ghûl des fonds marins se décolla et, sans demander son reste, disparu dans l’océan. « Merci, dit Jarkal, je vous suis reconnaissant. Que puis-je faire pour honorer ma dette envers vous, Puissance ? » Nausica ne savait pas que Jarkal était était son frère, aussi demanda t-elle à ce qu’il reste auprès d’elle. Jakal lui expliqua tant bien que mal qu’il voulait rentrer pour que Nausica fasse une autre demande, mais elle refusa. Dépité, il lui parla de sa sœur Daki, et de sa promesse.

« Rassures toi, tes pensées seront toujours auprès de ta sœur, comme promis ». Jarkal fut ramené sur la rive pour une journée, afin de se défaire de ses pensées, et de les laisser à sa sœur Daki.

Ainsi, fit-il, et ainsi apparurent les nains, et dit-on les lutins.

Jerkal retourna l’âme en peine dans les fonds marins, et Nausica voulu qu’elle partage sa couche, dès lors, Dimitra la surpris. « Qu’as-tu fait à ton frère ma fille ? » Nausica était ébêtée.

« J’étais seule et je voulais un compagnon, et moi aussi je veux peupler le monde de créatures, comme toutes les Puissances le font ! » « Tu ne le touchera pas” arrêta Dimitra.

Puis la grande Puissance de la Terre s’en alla.

« Quand bien même, ma sœur, convenu Jarkal de bon coeur, je veux aussi faire des créatures avec toi, puisque le sort m’est si pénible. Je ne te toucherais pourtant pas, comme le veut notre mère. Tu n’auras qu’à pondre des œufs. » Et ainsi Nausica pondit des œufs dans les fonds marins tandis que Jarkal les féconda, ainsi des tétards chimériques parurent à la surface et devinrent les chimères des océans, les monstres marins.

Tel est le récit de Jarkal, des nains, des lutins et des chimères.

%d blogueurs aiment cette page :