Le Jeu de rôles de fantasy orientale/clockpunk

Scénarios JDR à venir…

Projet Scénaristique

Le projet consiste à rattacher l’ensemble des scénarii à une trame de fond : le destin des fondateurs des confréries d’arcanes : les Banu Armadar. Il est notamment possible d’utiliser les secrets mystiques du monde des âmes (Bardô), notamment la réincarnation.

Au cours d ces scénarios jDR Les PJs auraient-ils un rapport plus étroit avec les premiers disciples d’Aramidras ? Des réponses peuvent varier entre le cosme Low Fantasy et le cosme High Fantasy, à la discrétion des Conteurs.

Format: Synopsis (contexte de publication)

L’ambiance des Scénarios de JDR est soutenue par le regard de la Conteuse…

La Disparue (Kit de Découverte – Scénario)

Une épouse a disparu, ses anciens prétendants sont soupçonnés. L’un d’eux a disparu, laissant les preuves de son appartenance à une secte corrompue… Enquête, Magie.

explications :

Une ancienne nashize (courtisane du harem) récemment mariée à un noble a « été enlevée » selon son jeune époux. Il suspecte les prétendants du concours rituel (sayumor). En vérité, sa femme a littéralement été possédée par une fantôme aux bons soins d’un nécromancien kshayatrim (voir Sombre Allégeance) lié au culte d’Eldobos. Plus spécifiquement à une secte vouée à une vieille momie qui traque le sang des Banu Armadar pour accéder à l’éternité vampirique (voir Vampires), et revenir en force dans la cité.

A la Recherche de la Prophétie Perdue (Campagne)

Les seigneurs d’arcanes sillonnent l’empire à la recherche de 5 fragments sacrés contenant les révélations manquantes du prophète Aramidras, qui permettraient d’anticiper et travailler au retour de la cause de l’empire mazdim. Aventure, Diplomatie et Exploration.

Explications :

Aramidras est le père fondateur de la religion Mazdim, religieux majoritaire de l’empire. Il est lié à la cosmogonie gandari (il n’existe qu’une cosmogonie, partagée par tous les cultes), puisqu’il est l’incarnation de Mezdahor, fils aîné de la déesse Ishtar (déesse des trois lunes) et de Shamash (dieu du soleil).

Il a donné aux hommes le Livre des Sphinges, le code de lois basique de Gandariah, réformé plus tard par les textes additionnels des tenants de sa tradition.

Il a également été l’époux des premières Vestales du Destin, qu’il a élevé au rang de divinités askyas. Elles ont porté la lignée des Banu Armadar, les pères fondateurs des arcanes de la magie, et la lignée à l’origine de l’unification de Gandariah dans la religion mazdim.

Ses prophéties concernent le moment où les Banu Armadar seront menacés de disparition après avoir régné sur le monde, particulièrement au moment de « l’Occultation de l’Etoile du Shadiraï ».

C’est ce qui est arrivé peu de temps avant l’attaque par les Hordes Noires de la Muraille de Perles, et les diverses guerres d’invasion qui ont ravagé l’empire.

La fébrilité des hommes en cet Age de la la Pénombre les incite à chercher des réponses du côté des prophéties du fondateur.

La Lanterne Enfouie (Magazine JDR – Scénario)

Dans les souterrains de Qeramish, se trouve la trace de la jeunesse de Fereydoun, lorsqu’il était roitelet de la ville et qu’il acquit l’élixir de longue vie. Cet élixir est convoité par le cheikh humiréen.

Il envoie les seigneurs d’arcanes le lui rapporter. Mais ils découvrent que Fereydoun a échangé sa longévité contre la protection d’un artefact unique en son genre au pouvoir de communiquer avec les dieux du Bardô: la Lanterne d’Aramidras. Celle-ci est capable de déclencher leur intervention dans la guerre, et d’en renverser le cours… Exploration, Magie.

Explications :

Qeramish est une vieille cité peuplée de ruines ancestrales, aux abords de Balad-al-Jamah.

Fereydoun, personnage du roman Le sang des Empereurs, est un roi-mage (dirigeant de l’ordre kalandar) décrit dans les PNJs du livre de base.

Les humiréens sont les illusionistes utilisant l’arcane de chimérie. Le cheikh est celui qui dirige l’ordre.

La Conspiration du Venin (Balad-al-Jamah – Scénario)

Une intense manipulation à la cour entraîne la corruption du gouvernement de Balad al-Jamah. La Confrérie se dresse pour faire rétablir l’ordre mazdim, appuyés par les républicains et la Société des Masques. Aventure, Enquête, Guérilla.

Explications :

La Confrérie avec le C majuscule est la confrérie des voleurs (voir Voies : le Code des Voleurs).

La Conspiration du Venin est un groupe kshayatrim associé à Omar aj-Jahl, vizir d’Urzil, le conquérant du Tahuguthan, installé non loin (Atka’ab) (voir Les Récentes Années du Trône).

La Société des Masques est un groupe constitué à Pélaboria (voir article).

Article « La Société des Masques »:

Un groupement de savants, de maîtres artisans, de commerçants et négociants, d’orfèvres et de courtisans philosophes s’est assemblé à Pélaboria, et s’est diffusé dans toutes ses cités. Il s’agit des artisans discrets d’une transformation majeure dans les rapports de force, qui vise la prospérité du genre humain et le progrès des libertés.

On les appelle la Société des Masques. Nul ne sait qui en fait vraiment partie. Certains disent qu’ils suivent le Code des Voleurs. D’autres la Voie du Long Chemin. D’autres encore disent que ce sont bien sûr des adeptes de la Voie de l’Accord Parfait. Certains prétendent qu’il s’agit d’un groupe occulte qui cache les intérêts de la Voie des Seigneurs.

Ce qui est sûr c’est qu’ils ont développé un réseau actif dans l’archipel. On suppose assez facilement qu’ils ne veulent pas se montrer au grand jour mais on ignore pourquoi. Leurs discours apparaissent parfois sur des affiches, posées sur les places publiques, et marquées du symbole du masque et du palimpseste. 

A qui demande ce qu’est le but de leur organisation, ils montrent un œuf de poule, dans la main d’un méditant.

Leur raison d’être pourrait-être en partie liée à l’omniprésence de la religion. De fait, il est probable que la Société des Masque prenne, si ce n’est pas déjà le cas, un rôle décisif dans cette ère des traités. Sans doute ont-ils leur importance dans les règlements de conflit entre les cités pélaboriennes, et voient-ils d’un oeil avide l’ambition de Voladim d’établir un Traité des Droits Universels.

Chroniques de la Toile Impériale (Tahuguthan – Mini-campagne)

Les seigneurs d’arcanes de Balad al-Jamah se lancent dans la reconquête au nom des alamites du Gihadjam. Ils prennent Qeramish, Magtûn et Atka’ab, puis, soutenus par une nouvelle garde-rokk, unifient les forces impériales dispersées. Géopolitique, Batailles, Diplomatie.

Explications :

Les alamites sont le peuple qui a dominé l’Agope (Tahuguthan) du diktat de Klossov au règne d’Aladdin Ber Thiba (voir Histoire & Mythologie – Le récit des origines)

Le Gihadjam est le fleuve qui parcoure l’Agope (Tahuguthan) coulant du sud-ouest au nord.

Le Masque et les Lunes (Pelaboria – Mini-campagne)

A Pelaboria, les cités tentent de se fédérer politiquement contre Akazame, et de distiller la conviction autour de la déclaration universelle des droits. Dans la tourmente des coups politiques pour prendre le contrôle du jeu des cités, Akazame connaît le renfort d’Omar aj-Jahl, le terrible vizir djissoïen disparu.

Il tente de gangréner la Société des Masques à coup d’inceptions, et se sert des conjonctions des lunes pour altérer l’esprit des Reines du Masque. Magie, Géopolitique, Batailles, Duels.

Explications :

Pélaboria est l’archipel du nord-ouest, inspiré des cités italiennes de la Renaissance.

Akazame est l’île-cité sultanat kshayatrim de Pélaboria. Akazame a vendu des armes à Urzil et son vizir Omar aj-Jahl, conquérants de l’Agope et kshayatrim eux-même.

Les Reines du Masques sont les dirigeantes de la Société du Masque (voir article dans La Conspiration du Venin)

Les lunes sont au nombre de trois : La Blanche, la Puissante et l’Ancienne. Leur mouvement dans le ciel connaît des rythmes qui n’existent que sur Gandariah : elles accélèrent ou descellèrent pour se répartir la nuit en 3 parts, ou converger cycliquement en une conjonction exceptionnelle au milieu de la nuit.

Les Marche-Plumes (Mazighan – Scénario)

Une expédition part à la recherche des Simurghs et s’engage à libérer Sayuddin Bareka pour lui rendre le trône du Mazighân. Ils devront affronter les tuariks et les shamites occupants, ainsi que les mazighani qui entourent Hamilcar Bareka (voir roman Le Sang des Empereurs). Magie, Donjons, Batailles.

Explications :

Les simurghs sont les oiseaux de chance qui ont éveillés l’âme immortelle des hommes (voir Mubarashtra).

Sayyudin Bareka est l’héritier légitime de l’émire Hamma’ani Banu Bareka, qui a été vaincue et emmenée comme épouse par le roi shamite de Sanghkor, le monso Bilal. Sayyudin a été enfermé par son demi-frère Hamilcar Bareka, vassal de Bilal.

Les tuariks sont des alliés de Bilal, et donc d’Hamilcar.

(voir Le Sang des Empereurs)

Les Mille et Uns Prétendants (Bazilée – Scénario)

La princesse Yunanila est au cœur d’une querelle entre les seigneurs de Bazilée qui veulent l’épouser. Ils exigent un sayumor. Le plus grand tournois de seigneurs commence, et la princesse tremble pour les conséquences sur le royaume… Diplomatie, Duels, Batailles.

Explications :

Yunanila est la fille aînée du régus de Bazilée, Voladim el-Moldari.

La Bazilée est le seul pays de l’empire avec le Maha à demeurer intact vis-à-vis des conflits en cours. De fait, ce pays est le seul en position pour intervenir et rétablir l’empire mazdim dont les seigneurs des arcanes sont les héritiers.

Yunanila est si belle que les seigneurs de Bazilée la prennent pour l’incarnation d’Ishtar, et veulent l’épouser, pouvant s’entre-tuer pour elle (Voir PNJs).

Rumeurs de Feu (Shadiraï – campagne)

Voladim est installé à Qeramish, il diligente les seigneurs d’arcanes pour reprendre position au Shadiraï et distiller l’esprit de résistance en promettant une déclaration universelle des droits. Le long du fleuve du lion, les personnages des joueurs allument un brasier. Diplomatie, Guérilla.

Explications :

Voir article.

Article « Voladim et le Traité des Droits »:

Yakal Khagan a envoyé une ambassade à Voladim el-Moldari pour lui proposer de recevoir son allégeance à Izkandaraï, sans quoi il dévastera son royaume, pour rembourser les shadirites du pillage qu’il a accompli en passant la Muraille de Perles.

Voladim El-Moldari, avisé et aussi soucieux de répondre aux réclamations des Pélaboriens et des minorités de son royaume, propose que les gandaris soient reconnus, dans un traité, et non en vertu de la religion, comme tous dignes et libres de conscience et de profession. Ce traité s’accompagne de la convocation d’une assemblée des droits. 

Yakal Khagan est défavorable à ce traité, car il gouverne les Hordes Noires, qui ne sont pas encore convaincus d’abandonner l’esclavagisme. Prenant le temps de la réflexion, il demeure en état de guerre avec Voladim, sur le plan théorique. Néanmoins, Voladim n’envisage pas d’attaquer Yakal dans l’immédiat. Il veut plutôt le convaincre d’élever le débat, en comparaison d’une simple querelle de chefs, entrainant de nombreux morts. Voladim a compris que Yakal était un vrai chef, et qu’il avait envie de régner. Il lui propose donc ce contrat.

Par traité, les rois s’accordent à reconnaitre la nécessité pour les sujets de leurs royaume de se constituer auprès de citoyens représentatifs. Sur le modèle d’Eleutheria, au nord de Pelaboria qui fonctionne selon ce système, il propose une assemblée tirée au sort. Le problème de la faisabilité fait qu’il propose de commencer par un grand recensement, accompagné de lettres de motivation.

Après le tirage au sort, il fait passer un examen aux candidats, oral et écrit. Puis, il présente les reçus à une formation spéciale. Là, ils étudient les principes fondateurs des institutions, et ce, de façon la plus neutre possible, dans les universités pélaboriennes et shadirites.

Yakal Khagan comprend qu’il peut négocier, et consolider sa place à Shadiraï. En effet, ce que Voladim El-Moldari lui propose, c’est tout simplement une reconnaissance tacite de sa légitimité pour gouverner le trône du Coeur-Royaume.

Voladim el-Moldari a fait voler en éclat le blocus d’Omar Aj-Jahl sur Balad al-Jamah. Perçant ses illusions et incendiant sa flotte de galères à l’aide des Gardes-Rokks ralliés à sa cause et en harcelant les flancs à l’aide de trois mats, Voladim fait prêter serment aux vizirs de la cité ainsi qu’au consul, et prend le commandement général.
Dès la deuxième semaine, il se met en route avec son état-major et un détachement militaire pour commander la suite des opérations à Qeramish, située stratégiquement aux portes du désert et à équidistance de Marbaline (territoire shadirite) et d’Atka’ab (sous le contrôle du Tagoth).

Voladim sait qu’il est peu probable désormais de prendre ses positions, et s’assure de préserver l’intégrité de la péninsule. Pourtant il ne compte attaquer aucun de ses deux adversaires. En effet, envoyer ses armées contre l’un signifierait risquer de perdre des terres à revers. Il s’engage donc dans le long processus de la diplomatie.

Ainsi, il convoque des otages et les fait libérer en les munissant d’ambassadeurs pour les surveiller, à qui il confie des lettres courtoises. Voladim enjoint chacun de ses deux adversaires à signer le Traité des Droits Universels, qui doit mettre fin tant à l’hégémonie religieuse des uns que des autres, et libérer les peuples de l’emprise de l’esclavage.

Il entend cependant garantir le statut des seigneurs et des souverains, en leur garantissant le privilège de la participation à l’Etat et à la carrière politique. Néanmoins, sur le modèle pélaborien, il souhaite donner à une assemblée populaire impériale le pouvoir constituant, en y introduisant un quorum de seigneurs.

Il entend interdire l’exercice politique des cultes, pour garantir la liberté de conscience. Cette proposition signifierait, en ce qui le concerne, la paix avec ses voisins, et la reconnaissance de leurs conquêtes. AInsi, Lougalzagis serait reconnu roi du Pays du Dromadaire Blanc, et Yakal Khagan roi du Cœur-Royaume. Quant au titre de roi des rois, il l’estime d’un autre temps. Et s’il en fallait un, il ne serait pas disposé à le laisser à un autre que lui-même. 

Voladim entend qu’une trêve peut-être conclue tant que les deux états acceptent de rentrer dans le processus pour signer le traité.

La Révélation du Voile d’Airain (Arcanes et Mysticisme – Campagne apothéose)

En rencontrant Arasil, supposé fils du roi des rois Kaddar II Kalderade, les PJs vont devoir faire un choix :

– ou ils aident Voladim à établir le Traité Universel des Droits en reconnaissant de fait Lougalzagis, roi régicide du Taggoth et Yakal Khagan, roi du Shadiraï,

– ou ils aident Arasil à conquérir le trône de cristal de Balad al-Jamah, et entreprennent la reconquête de Gandariah à ses côtés.

Poursuivis par des rêves étranges, ils s’aperçoivent qu’ils disposent de fragments de mémoire de leurs aïeuls : les fils directs d’Aramidras.

Accompagnés par le Séraphin Fereydoun (protecteur d’Arasil), ils atteignent Zenzoumar où ils montent au Bardô vivants par la Fontaine de Vie. Ils y découvrent alors qu’ils sont les réincarnations des fils d’Aramidras, tenus par un pacte millénaire, et promis à devenir eux-même séraphins s’ils restaurent l’empire.

Mais le néant gagne désormais le Bardô, et même les dives Apsûrs ont désormais peur de tout perdre, espérant un compromis autour du fameux Traité des Droits Universels de la Société des Masques et de Voladim, pour avaliser de franchir le Voile d’Airain et s’abriter du Néant sur Gandariah en compagnie des divins Askyas.

Pour la première fois, un accord est possible entre les forces de la lumière et celles de l’ombre.

Mais est-ce la meilleure solution ?

Géopolitique, Magie, Batailles, Diplomatie.

DATES D’ANNONCE DES SCENARIOS JDR DE SDARCANES

Nous enverrons les dates d’annonce des scénarios par email grâce à vos comptes joueurs et conteurs.

%d blogueurs aiment cette page :